"Hildegarde de Bingen et son Livre Scivias. Idéologie et Connaissances d'une Moniale du XIIe Siècle"

  • Jeroen Deploige

Resumen

Hildegarde de Bingen (1098-1179) nous offre un cas d'espèce excellent pour étudier les trois mots-clés de ce colloque: écriture, vision et science chez les femmes du Moyen Age. En tant que femme, et même magistra d'une communauté de moniales, Hildegarde occupait cependant une position extraordinaire dans le monde intellectuel du XIIe siècle, un monde complètement dominé par une élite restreinte à la fois masculine et cléricale. Il n'y a que peu de femmes médiévales qui se soient manifestées dans le champs littéraire. Pour le XIIe siècle, Hildegarde appartient aux exceptions, accompagnée dans cette situation par l'abbesse lotharingienne Herrade de Landsberg (c. 1125-1195), par Héloise († 1163), la célèbre amie de Pierre Abélard (1079-1142), et par Elisabeth de Schönau (c. 1129-1164). L'oeuvre de Hildegarde offre dès lors une des rares sources historiques pour examiner les possibilités maximales de formation de femmes médiévales liées aux milieux monastiques traditionnels. Mais si on peut en croire Hildegarde, on devrait cependant se poser de grandes questions concernant son éducation et ses capacités intellectuelles. Elle-même n'en a certainement pas voulu faire grand cas.

Palabras clave Deploige
Compartir
Cómo citar
Deploige, J. (1999). "Hildegarde de Bingen et son Livre Scivias. Idéologie et Connaissances d'une Moniale du XIIe Siècle". Cyber Humanitatis, . Consultado de https://cyberhumanitatis.uchile.cl/index.php/RCH/article/view/9238/9270
Sección
Textos
Publicado
1999-01-01